Roundup, rejeté par les Etats membres, bonne nouvelle ou partie remise?

Corps humain, Clonage, OGM, avortement, vaccins. Jouer avec le vivant c'est parfois aussi jouer avec la mort.
Avatar de l’utilisateur
AbdelHaqq
Messages : 1135
Enregistré le : Mer 28 Jan 2015 02:50

Roundup, rejeté par les Etats membres, bonne nouvelle ou partie remise?

Messagepar AbdelHaqq » Lun 6 Juin 2016 22:52

Avant de commencer la lecture il est bon de rappeler que le Roundup est classé cancérigène certain par...l'OMS l'organisation mondiale de la santé.

---------------------------

Image

La proposition de Bruxelles de réautoriser provisoirement le Roundup essuie un nouvel échec


Encore raté. La Commission européenne n’est pas parvenue à faire accepter par les Etats membres, lundi 6 juin, une réautorisation provisoire du glyphosate en Europe, ce pesticide controversé – principe actif du célèbre Roundup de Monsanto et clef de voûte du modèle agricole dominant.

Après avoir proposé sans succès, ces derniers mois, sa réhomologation pour quinze ans, puis pour neuf ans, Bruxelles avait fini par se rabattre sur une autorisation de seulement dix-huit mois, le temps pour l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA – European Chemicals Agency), chargée de la réglementation européenne sur les substances de synthèse, de rendre une nouvelle expertise.

Las ! Le vote des Etats membres, réunis lundi matin en comité technique, n’a pas permis de dégager la majorité qualifiée nécessaire. La France, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, l’Autriche, le Portugal et le Luxembourg se sont abstenus, Malte a voté contre. Les vingt autres pays, représentant 52% de la population de l’Union, ont voté favorablement. Soit moins que les 65 % requis. Ces atermoiements arrivent alors qu’une décision ferme devient urgente : le glyphosate ne sera plus autorisé en Europe le 30 juin. La Commission a annoncé que la question serait à l’ordre du jour de la prochaine réunion des commissaires et qu’un ultime comité d’appel serait réuni autour du 20 juin.
Selon une source proche du dossier, la Commission ne s’attend pas à ce que le comité d’appel permette de trouver une issue. Les Etats membres devraient camper sur leurs positions. Au sein du gouvernement français, la question divise les ministères de l’agriculture et de l’environnement ; Ségolène Royal, la ministre française de l’environnement, de l’énergie et de la mer, s’est ainsi fermement engagée à ne pas voter favorablement à toute reconduction du glyphosate. Sans voter contre. Le gouvernement allemand est également divisé et ne semble pas vouloir disposé à se départir de l’abstention.

Pour l’exécutif européen, c’est donc la pire solution qui se profile : selon nos informations, la Commission pourrait, comme elle peut le faire, passer outre le vote en comité et prendre la responsabilité politique d’une réautorisation provisoire, assortie de restrictions. En particulier, certains adjuvants – utilisés dans les formulations commerciales à base de glyphosate – pourraient être interdits pendant la période de sursis.


Quelle que soit son issue, l’affaire montre une défiance grandissante des certains Etats membres envers le processus d’expertise européen, incarné en l’occurrence par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA – European Food Safety Authority), et une sensibilité grandissante de l’opinion à ces thématiques. Un sondage conduit par l’institut YouGov dans les cinq plus grand pays de l’Union montre que plus des deux tiers des personnes interrogées sont défavorables à la remise en selle du glyphosate.
Avis contradictoires
Le glyphosate empoisonne l’exécutif européen depuis mars 2015, lorsqu’il a été classé « cancérogène probable » pour les humains par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée d’inventorier et de classer les agents cancérogènes. La publication d’un avis opposé, six mois plus tard, par l’EFSA a lancé une âpre controverse scientifique. Celle-ci a vite été récupérée par les organisations environnementalistes qui ont profité de la dispute d’experts pour exiger le retrait du produit. L’affaire est, depuis, au centre d’une attention médiatique considérable, partout en Europe.
Elle a même suscité la colère du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui s’est ému de ce que les décisions prises en comités techniques (selon la procédure de comitologie) ne remontent pas au préalable portées à la connaissance du Collège des commissaires. Ces derniers devaient ainsi se réunir mardi 7 juin et aborder la question de la réautorisation du glyphosate.

Chaque rebondissement de la saga complique toujours plus le tableau. A la mi-mai, un troisième groupe d’experts – le Joint Meeting on Pesticide Residues (JMPR), un comité conjoint de l’OMS et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) – a rendu un avis selon lequel le produit ne présentait pas de risque cancérogène « aux niveaux attendus d’exposition par voie alimentaire ».

Mais cet avis ne disait rien de l’exposition des travailleurs agricoles ou des populations riveraines, exposées par d’autres voies que la chaîne alimentaire…

En outre, pour compliquer encore l’affaire, le JMPR a été épinglé par des organisations non gouvernementales pour des conflits d’intérêts touchant le groupe d’experts. Son président et son coprésident sont en effet consultants pour l’International Life Science Institute (ILSI), une organisation de lobby scientifique partiellement financée par des sociétés agrochimiques commercialisant... du glyphosate.
800 000 tonnes épandues chaque année
Le glyphosate a un statut particulier. Inventé voilà une quarantaine d’années par l’une des sociétés les plus impopulaires de la planète, Monsanto, il est aujourd’hui très largement utilisé en agriculture conventionnelle. Tombé dans le domaine public au début des années 2000, il est le produit phytosanitaire le plus répandu dans le monde, avec environ 800 000 tonnes épandues chaque année.

Son usage a été tiré vers le haut ces deux dernières décennies par l’adoption des cultures génétiquement modifiées, de type « Roundup Ready » (soja, maïs, etc.), qui le tolèrent, facilitant ainsi son utilisation à plus grande échelle.

Même dans les pays n’ayant pas opté pour les cultures transgéniques, comme la France, son utilisation est particulièrement intense. Dans l’Hexagone, il s’en épand environ 8 000 tonnes par an en moyenne. Avec son principal produit de dégradation, l’AMPA (acide aminométhylphosphonique), il est le pesticide le plus fréquemment retrouvé dans l’environnement et la première cause de déclassement des points de captage d’eau potable.

Le glyphosate, un Léviathan de l’industrie phytosanitaire

Le glyphosate, c’est le Léviathan de l’industrie phytosanitaire. Loin de se ­réduire au seul Roundup – le produit phare de Monsanto –, il entre dans la composition de près de 750 produits, commercialisés par plus de 90 fabricants, répartis dans une vingtaine de pays… La production mondiale est montée en flèche ces dernières années un peu partout dans le monde, tirée vers le haut par l’adoption rapide des maïs et autres sojas transgéniques « Roundup ready ».
De 600 000 tonnes en 2008, la production mondiale de glyphosate est passée à 650 000 tonnes en 2011, pour atteindre 720 000 tonnes en 2012, selon les données compilées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Aux Etats-Unis, les quantités épandues ont été multipliées par 20 en ­l’espace de vingt ans, passant de 4 000 tonnes par an en 1987 à 80 000 tonnes en 2007.

En 2011, dans une étude publiée par la revue Environmental Toxicology and Chemistry, l’US Geological Survey annonçait avoir détecté du glyphosate dans les trois quarts des échantillons d’eau de pluie et d’air analysés dans une région de grandes cultures.

En France, il s’en épand environ 8 000 tonnes par an. Avec son principal produit de dégradation, l’AMPA, il constitue le produit le plus fréquemment détecté dans les cours d’eau de France métropolitaine.

lemonde.fr



Retourner vers « Biologie, écologie, climat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité