Pourquoi les soldats français sont-ils hués à Bangui (Centrafrique)?

L'actualité des autres pays, et ils sont nombreux!
Avatar de l’utilisateur
AbdelHaqq
Messages : 1135
Enregistré le : Mer 28 Jan 2015 02:50

Pourquoi les soldats français sont-ils hués à Bangui (Centrafrique)?

Messagepar AbdelHaqq » Ven 1 Avr 2016 21:12

Une vidéo prise par notre Observateur montre un convoi de la mission Sangaris qui se fait copieusement huer à Bangui. Nos Observateurs dans la capitale de Centrafrique nous expliquent pourquoi les soldats Français, dont la mission initiale était de mettre un terme aux massacres intercommunautaires, sont aujourd’hui tant critiqués.

La France avait déployé la mission Sangaris en décembre 2013, pour stopper les violences déclenchées après le renversement du président François Bozizé par la rébellion Séléka. L’armée française avait d’abord été accueillie dans les rues de la capitale Bangui sous les hourras d'une grande partie de la population.

Deux ans et demi plus tard, le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian, a annoncé le retrait progressif des troupes en 2016. Il a affirmé mercredi que l’opération Sangaris était "un remarquable exemple de l’efficacité et du succès de nos armées en opérations extérieures […] dans une mission particulièrement périlleuse".

"Le sentiment anti-Français est en progression"

Depuis quelques mois déjà, nos Observateurs nous font part d’attitudes hostiles de beaucoup de leurs concitoyens envers les convois militaires de la Sangaris dans les rues de Bangui. Mercredi, l'un de nos Observateurs, Chris Can, a été témoin d’une de ces scènes, qu’il a pu filmer.



Une vidéo prise par notre Observateur montre un convoi de la mission Sangaris qui se fait copieusement huer à Bangui. Nos Observateurs dans la capitale de Centrafrique nous expliquent pourquoi les soldats Français, dont la mission initiale était de mettre un terme aux massacres intercommunautaires, sont aujourd’hui tant critiqués.

La France avait déployé la mission Sangaris en décembre 2013, pour stopper les violences déclenchées après le renversement du président François Bozizé par la rébellion Séléka. L’armée française avait d’abord été accueillie dans les rues de la capitale Bangui sous les hourras d'une grande partie de la population.

Deux ans et demi plus tard, le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian, a annoncé le retrait progressif des troupes en 2016. Il a affirmé mercredi que l’opération Sangaris était "un remarquable exemple de l’efficacité et du succès de nos armées en opérations extérieures […] dans une mission particulièrement périlleuse".

"Le sentiment anti-Français est en progression"

Depuis quelques mois déjà, nos Observateurs nous font part d’attitudes hostiles de beaucoup de leurs concitoyens envers les convois militaires de la Sangaris dans les rues de Bangui. Mercredi, l'un de nos Observateurs, Chris Can, a été témoin d’une de ces scènes, qu’il a pu filmer.

Dans la scène, filmée le jour de l'investiture du nouveau président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, des habitants font de grand signes "non" en agitant les bras au passage de militaires à bord de chars arborant le drapeau français. Vidéo Chris Can.

Les slogans sont variés. Ils vont de ‘On ne veut plus de vous’, à ‘Voleurs de diamants’ ou encore ‘Violeurs d'enfants’ [en référence aux scandales de viols d’enfants par des soldats français révélés par l’ONU, mais non corroborés par d’autres sources. Jeudi, de nouvelles allégations visant des soldats français qui auraient forcés des enfants à avoir des relations sexuelles avec des animaux, ont été lancées par une ONG américaine]. D’autres scandaient même 'On préfère les Chinois'.

Ces slogans, on les a toujours entendus. Mais depuis l’annonce du retrait total de Sangaris, le sentiment anti-Français est en progression. Beaucoup de Centrafricains accusent la France d'être à la base de nos problèmes : d’être intervenus trop tard pour contrer l’avancée de la Séléka, de ne pas avoir participé activement au désarmement des groupes rebelles… La présence de la Sangaris n’a d’ailleurs par évité des cycles de violence, comme en octobre 2014, ou, plus récemment, en octobre et en novembre 2015. Les espoirs ont été déçus. Entre les Centrafricains et les Français, c’est un peu ‘je t’aime, moi non plus’, et cela concerne toutes les communautés, chrétiens ou musulmans. Ils sont un peu devenus un bouc-émissaire qui réunit les Centrafricains.

france24



Retourner vers « Internationale »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité