ISLAM – Qu’est ce que la finance islamique ?

Bourse, Banques, prêts à intérêts, crise, monnaie papier, or, vautours, requins...
Avatar de l’utilisateur
AbdelHaqq
Messages : 1231
Enregistré le : Mer 28 Jan 2015 02:50

ISLAM – Qu’est ce que la finance islamique ?

Messagepar AbdelHaqq » Sam 3 Oct 2015 21:13

Secteur inconnu du grand public il y a encore quelques années, la finance islamique ne cesse de faire parler d’elle et connaît un fort succès ces dernières années à l’échelle mondiale. Alors, que représente la finance islamique ? Sur quels principes se base-t-elle ? Nous vous proposons une tentative de définition.

Image

La finance islamique, bien qu’ayant connue une existence antérieure, a commencé à réellement à se développer dans les années 1970 ; faisant dire à certains qu’il existe une corrélation entre son apparition et la montée de la religiosité dans le monde Musulman. La finance islamique se construit à travers différents principes religieux.

« Allah a rendu licite le commerce et illicite l’intérêt »

Afin de bien comprendre la finance islamique, il faut voir celle-ci comme se construisant en opposition à trois principes qui animent la finance dite « classique » et qui sont prohibés dans l’Islam. Tout d’abord, la Riba qui désigne l’intérêt dans un prêt bancaire et s’assimile à l’usure, ensuite, le Maysir qui renvoie au hasard à travers la spéculation boursière. Enfin, le Gharara renvoyant également aux incertitudes qui peuvent couvrir un contrat. Ainsi, la finance islamique fonctionne sur le principe dit du Moucharakah qui consiste à un partage équitable des pertes et des profits entre les différents partis participants à l’opération.

Les services proposés par les banques se constituent principalement sous deux formes : le Mourabaha et l’Ijara. Le premier, le Mourabaha, représente une transaction entre une personne souhaitant acquérir un bien et une banque. La banque achète ce bien et lui revend à un prix conclu entre les deux parties. L’Ijara est une forme de crédit-bail classique à l’exception qu’il n’existe aucune pénalité en cas de non paiement ; ces pénalités renverraient à des intérêts que la finance islamique condamne.

La finance islamique dans le monde.

Le FMI et la Banque Mondiale observent que les avoirs des banques islamiques ont connu une véritable explosion durant ces dix dernières années. En effet, les avoirs ont été multipliés par neuf entre 2003 et 2013, ce qui renvoie à une croissance de 16% par an en moyenne. Aujourd’hui, les principales localisations de ces avoirs sont le Golfe Persique et l’Asie du sud avec notamment la Malaisie.

La finance islamique s’est trouvée une légitimité suite à la crise de 2008. Tout d’abord, bien que cette finance réponde aux principes de l’Islam et intéresse particulièrement les musulmans, elle ne leur est pas réservée et fait même appelle à des principes universels. Mahmoud Mohieldin, Directeur de la Banque Mondiale, avait notamment souligné au moment de la crise des subprimes en 2008 : « Les banques islamiques ont su éviter les pires conséquences de la crise financière de 2008 parce qu’elles n’étaient pas exposées aux subprimes et aux créances toxiques et qu’elles ont maintenu un lien fort avec l’économie réelle ».

Ainsi, par son fort potentiel et son caractère novateur en matière de finance, la finance islamique attire de nombreux pays occidentaux. À titre d’exemple, c’est à Londres qu’a eu lieu la 9ème édition du Forum Islamique de l’Economie Mondiale. En 2008, la France avait annoncé des « aménagements fiscaux pour favoriser les montages de finance islamique afin d’attirer les investisseurs du Proche-Orient ». On retrouve également des cursus universitaires tournés vers la finance islamique à l’exemple de l’Université Paris-Dauphine qui dispense un « Executive Master principes et pratiques de la finance islamique ».

lepetitjournal.com



Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité