Embellir sciemment sa récitation du Coran pour les auditeurs, est-ce de l'ostentation ?

Une question sur une pratique religieuse? Les membres du forum essaieront d'apporter les réponses de savants in cha Allah.
Avatar de l’utilisateur
AbdelHaqq
Messages : 1231
Enregistré le : Mer 28 Jan 2015 02:50

Embellir sciemment sa récitation du Coran pour les auditeurs, est-ce de l'ostentation ?

Messagepar AbdelHaqq » Mar 19 Mai 2015 01:36

:Wa Salam: :Bismillahi:

Source: maison-islam.com

Question :

Embellir particulièrement sa voix lorsqu'on récite le texte coranique devant des auditeurs, n'est-ce pas une volonté de se faire remarquer par ces hommes, donc un agir par ostentation ?

Réponse :

Embellir par sa voix la récitation du Coran que l'on fait est institué en islam (cliquez ici pour en savoir plus). Maintenant qu'en est-il du fait d'y veiller particulièrement lors de la présence d'auditeurs ?

Il y a ici 2 cas de figure...

A) Si quelqu'un fait une psalmodie du texte coranique avec comme intention, au fond de lui-même, que les gens disent "Quel excellent qârî !" / "Lui, oui !" / "Ca, c'est de la récitation !", alors c'est effectivement de l'ostentation (riyâ'), et cet homme s'expose à la menace du châtiment dans l'au-delà annoncé dans le célèbre hadîth qui parle des trois premiers (musulmans) qui seront jugés le jour de la résurrection : celui qui sera mort en martyr, celui qui aura appris et enseigné la connaissance religieuse et aura récité le Coran, et celui qui aura fait largesse de ses biens. Le Prophète (sur lui soit la paix) a dit dans ce hadîth que celui "qui avait acquis la connaissance (religieuse), l'avait enseignée, et récitait le Coran, on le fera venir. (Dieu) lui rappellera alors les bienfaits dont Il l'avait comblé. Il les reconnaîtra. (Dieu) lui dira alors : "Quelle action as-tu fait par rapport à ces (bienfaits) ?" Il dira : "Pour Ta cause, j'ai appris la connaissance (religieuse) et l'ai enseignée, et ai récité le Coran." (Dieu) lui dira : "Tu mens. Tu as appris la connaissance afin qu'on dise : "(C'est un) 'âlim !" ; et tu as récité le Coran afin qu'on dise : "C'est un qâri' !". Cela a déjà été dit." Ensuite ordre sera donné à son sujet, et il sera traîné face contre terre, jusqu'à être jeté dans le Feu" (Muslim 1905).

B) Par contre si quelqu'un embellit sa voix, lorsqu'il récite le Coran, avec l'intention non pas que les gens disent qu'il est un excellent qâri' mais que les gens qui l'écoutent apprécient le texte coranique et aient le cœur joyeux, cela ne tombe pas sous le coup de l'ostentation (riyâ'). Ibn ul-'Uthaymîn l'a déduit de la parole de Abû Mûssâ al-Ash'arî : "Si j'avais su que tu m'écoutais, j'aurais enjolivé (tahbîr) pour toi de façon considérable."

En effet, un jour, le Prophète dit à Abû Mûssa al-Ash'arî : "عن أبي موسى قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم لأبي موسى: لو رأيتني وأنا أستمع لقراءتك البارحة. لقد أوتيت مزمارا من مزامير آل داود" : "Si tu m'avais vu alors que j'écoutais ta récitation hier soir ! Vraiment, il t'a été donné une flûte parmi les flûtes de David [sur lui soit la paix]" (Muslim 793). Dans une version, il est relaté que Abû Mûssa dit alors au Prophète : "Si j'avais su que tu m'écoutais, j'aurais enjolivé pour toi de façon considérable" : "وأخرجه أبو يعلى من طريق سعيد بن أبي بردة عن أبيه بزيادة فيه أن النبي صلى الله عليه وسلم وعائشة مرا بأبي موسى وهو يقرأ في بيته. فقاما يستمعان لقراءته؛ ثم إنهما مضيا. فلما أصبح لقي أبو موسى رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال: "يا أبا موسى مررت بك" فذكر الحديث. فقال: "أما إني لو علمتُ بمكانك، لحبرتُه لك تحبيرا" (Fat'h ul-bârî 9/116). Et une autre fois, ce sont les épouses du Prophète qui écoutèrent sa récitation du Coran ; quand plus tard on l'en informa, il dit : "Si j'avais su, j'aurais enjolivé pour elles de façon considérable" (Ibid.).

Ibn ul-'Uthaymîn dit : "Les ulémas disent : Il y a en cela la preuve que lorsque l'être humain embellit sa voix (lors de sa récitation) du Coran afin que celui qui écoute en tire plaisir et en éprouve de la joie, il ne s'y trouve pas de mal, et cela n'est pas compté comme relevant de l'ostentation (riyâ'). Au contraire, cela relève de ce qui invite à écouter attentivement la Parole de Dieu – Exalté soit-Il –, de sorte que les gens en éprouvent de la joie" (Zâd ul-muttaqîn fî shar'h Riyâdh is-sâlihîn 2/222-223).

Ibn Hajar écrit : "Il n'y a pas de doute que les âmes penchent plus vers le fait d'écouter la récitation faite avec tarannum (mélodie), que vers (celle) de celui qui ne fait pas de tarannum, car cette tat'rîb (mélodie) produit un effet en attendrissant le cœur et en faisant ruisseler les larmes" (Fat'h ul-bârî 9/91).

(Il faut ici souligner que Ibn Hajar a aussi écrit qu'à l'unanimité adopter le meilleur de sa voix lors de la récitation du Coran est souhaitable ; et qu'il y a par contre divergence entre les ulémas quant au fait d'adopter alors un style de "mélodie" : Fat'h ul-bârî 9/91.
Ibn ul-Qayyim a lui aussi relaté cette divergence, avant de proposer une synthèse réconciliant les deux avis : Zâd ul-ma'âd 1/484-493.)

-
Note :

Du moment que cette action d'embellir sa voix lors de la récitation du Coran en public n'est en sa forme pas interdite et que tout dépend de l'intention – laquelle peut être bonne, comme elle peut être mauvaise –, nous ne pouvons pas préjuger de l'intention d'un récitateur : cela relève de ce qui se trouve dans son cœur ; et cela, Seul Dieu le sait, et Il jugera en fonction.

Par contre il faut rappeler de façon générale que le danger de l'ostentation guette tout être humain.

Pour éviter personnellement ce danger, avec la permission de Dieu, il est bien de se souvenir systématiquement que Dieu écoute Lui aussi la récitation que l'on fait. Le fait est que le Prophète a dit : "عن أبي هريرة أنه كان يقول: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: ما أذن الله لشيء ما أذن للنبي صلى الله عليه وسلم يتغنى بالقرآن" : "Dieu n'écoute rien comme Il écoute un prophète doté d'une belle voix faisant la taghannî du Coran, le récitant à voix haute" (al-Bukhârî, 4735, 7044, Muslim, 792 ; d'autres versions, comme al-Bukhârî 7105, ne présentent pas le terme "taghannî").
Dans un autre hadîth (dha'îf), il y a un propos très voisin à propos de l'homme en général – et non plus du Prophète en particulier – "récitant le Coran à voix haute" : "لله أشد أذنا إلى الرجل الحسن الصوت بالقرآن يجهر به من صاحب القينة إلى قينته" (Ibn Mâja, 1340 : il n'y a cependant pas ici le terme "taghannî").
(La traduction de ces hadîths a été rendue ici selon le commentaire d'après lequel le verbe y ayant été employé provient de "adhan", qui signifie : "écouter", et non de "idhn", qui signifie : "permettre" : Fat'h ul-bârî 9/87. D'après l'un des commentaires, "taghannî" signifie ici : "réciter avec embellissement de la voix" : Shar'h Muslim 6/78).

Quand on fait une récitation du Coran, que ce soit seul ou devant des auditeurs, sa première pensée devrait donc être qu'il s'agit de chercher à faire une récitation qui plaise à Dieu. Ensuite, dans le cadre de cette intention, on pourrait se préoccuper de rendre le cœur des auditeurs heureux et de les attirer vers la Parole de Dieu, comme expliqué au point B.

Afin d'arriver à garder cette distinction entre la primauté donnée à la Satisfaction de Dieu et le caractère secondaire de contenter les cœurs des humains, il serait bien de veiller à réciter parfois le Coran en étant seul et de veiller, alors aussi, à soigner et à embellir sa récitation, en se concentrant sur l'intention de faire une récitation qui plaise à Dieu. Et non de lire n'importe comment quand on est seul et de veiller à embellir sa voix uniquement lorsqu'on est face à des auditeurs.

:Wa Salam: :A3lam:



Retourner vers « Questions-Réponses »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité