Enseignement. Le numérique n’améliore pas les résultats scolaires

L'éducation n'est pas chose aisée, donnez ou demandez conseils pour cette lourde responsabilité.
Avatar de l’utilisateur
AbdelHaqq
Messages : 1223
Enregistré le : Mer 28 Jan 2015 02:50

Enseignement. Le numérique n’améliore pas les résultats scolaires

Messagepar AbdelHaqq » Sam 19 Sep 2015 21:03

Image

L’étude de l’OCDE va réjouir les adversaires des tablettes à l’école et chagriner les tenants de l’E-learning…


Ordinateurs et Internet ne réduisent pas du tout la fracture entre élèves en difficultés et élèves qui réussissent. Surprise : pour une fois, les Français s’en sortent mieux que d’autres. Explications et propositions.

Que dit le rapport de l’OCDE ?

« La technologie peut permettre d’optimiser un enseignement d’excellente qualité mais elle ne pourra jamais, aussi avancée soit-elle, pallier un enseignement de piètre qualité », écrivent les auteurs du rapport Students, Computers and Learning: Making The Connection publié par l’OCDE.

L'Organisation de coopération et de développement économiques est désormais connue pour réaliser, depuis 2000, les études Pisa qui mesurent les compétences des adolescents de 15 ans en lecture, mathématiques et sciences.

Que constate-t-elle pays par pays ?

Que les résultats des Espagnols se situent en deçà de la moyenne des pays développés, alors même « qu'ils consacrent plus de 30 minutes par jour au numérique pour les apprentissages », souligne Éric Charbonnier, spécialiste de l’éducation à l’OCDE.

A contrario, les Français, en particulier les garçons, se débrouillent mieux sur ordinateur (entre la 10e et la 14e place) que sur papier (12e à 16e). « Pourtant, le numérique ne fait pas partie des apprentissages. » En tant que tel, s’entend.

Pour l’OCDE, les élèves de Singapour, de Corée du Sud, de Hong Kong, du Japon, du Canada, de Shanghai... sont les plus performants en compréhension de l'écrit électronique. Alors qu’ils ne sont pas davantage exposés à Internet à l'école que ceux du reste de l'OCDE. Conclusion : « Nombre des compétences essentielles pour la navigation sur Internet peuvent également être enseignées et acquises à l'aide de pédagogies et d'outils analogiques traditionnels. »

Comment l’OCDE explique-t-elle ce constat ?

« Ce n'est pas la quantité de l'utilisation du numérique qui compte, c'est la qualité », estime Francesco Avvisati, analyste à l'OCDE. L'exemple australien, qui caracole en tête, montre que le numérique à l'école apporte quelque chose si les professeurs sont formés ou ont de l'expérience. La Pologne qui a investi massivement dans l’équipement numérique n’a pas amélioré ses performances. Et Francesco Avvisati d’appuyer : pour que les nouvelles technologies soient efficaces, « il faut partir des usages » et « répondre à des finalités pédagogiques ».

Que faire ?

La question n’est plus de l’équipement en matériel (ordinateurs, tablettes) et en connexions (haut débit)… Aujourd’hui, elle se joue bien davantage dans l’élaboration de programmes numériques de qualité, dans la formation pédagogique des enseignants…

La question vaut particulièrement en France : François Hollande a annoncé, en mai, qu'un milliard d'euros serait consacré en trois ans à un plan numérique. Un des objets : doter tous les collégiens d'un outil numérique d'ici 2018. Ce plan prévoit trois jours de formation pour les enseignants et le développement de ressources pédagogiques numériques.

Pourquoi est-il nécessaire d’agir ?

Parce que la maîtrise du numérique et d’Internet est déjà indispensable, aujourd’hui ; et le sera davantage encore demain. Or, contrairement à ce qu’on a pu penser pendant longtemps, le numérique ne fait pas reculer le rôle de la lecture ni de l’écriture. Bien au contraire, elle l’accroît. D’où l’absolue nécessité de maîtriser ces savoirs, dès l’enfance, pour éviter la fracture numérique à l’âge adulte.



Retourner vers « Education des enfants »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité